Francois Bayrou

M. Bayrou ne rêve ni d'un 'paradis social', ni d'un territoire laissé entre les mains du marché, mais d'une France démocratique, responsable devant ses citoyens. Le juste équilibre entre la dureté Sarkozy et les promesses inconsidérées de Ségolène Royal

28 mars 2007

François Bayrou : "Je veux rassurer et apaiser les tensions"

Dans un entretien au « Figaro », le candidat UDF accuse ses rivaux UMP et PS de « jouer sur la peur » à propos de la nation.


LE FIGARO. - Le thème de l'identité nationale s'impose dans la campagne. Quelle est votre position ?


François BAYROU. - Dans l'Histoire de France, on n'a jamais cédé à l'exaltation de la nation, y compris le général de Gaulle. Je ne participerai pas à cette course-poursuite dans laquelle sont lancés Le Pen, Royal et Sarkozy.


Êtes-vous d'accord avec Ségolène Royal qui veut que les Français mettent le drapeau tricolore à leur fenêtre le 14 Juillet ?


Jamais en France il n'y a eu cette obsession du drapeau. Cela, c'est la culture américaine. Ce n'est pas l'État qui doit régir le lien entre le citoyen et la nation. Quand l'État se mêle de la nation, il y a quelque chose de pernicieux. C'est comme si on voulait régir les liens que l'on doit avoir avec sa mère. Chacun honore ou aime sa mère comme il l'entend, chacun aime sa patrie comme il l'entend. Cela fait partie de la liberté.


Est-ce choquant de dire qu'il faut chanter La Marseillaise ?


Ce qui est étonnant, c'est d'en faire un événement ! Dans nos meetings, nous chantons La Marseillaise tous les soirs, avec affection, et sans affectation. Quand on en fait un argument de communication, il y a quelque chose qui ne va pas.


Pourquoi vous indigner quand Sarkozy propose un ministère de l'Immigration et de l'Identité nationale ?


Quand on met dans la même phrase immigration et identité nationale, on dit quelque chose de très précis pour exciter l'inquiétude d'une partie de la population sur le thème « mon identité est menacée ». Jouer sur cette peur, c'est rendre plus difficile l'intégration.


Les Français n'ont-ils pas le sentiment que quelque chose se défait qui touche à la nation ?


La France est plus forte que ces candidats ne le disent. Ce n'est pas la nation qui est le problème. Mais la nation a des problèmes, chômage, éducation, culture, exclusion. Traitons ces problèmes qui n'ont jamais été réglés parce que l'antagonisme UMP-PS perpétuel a empêché même qu'on les pose. La France, c'est un peuple heureux d'être Français. Même dans la plus lointaine banlieue, on est heureux d'être Français, on est républicain, on croit à la devise Liberté, Égalité, Fraternité et aux valeurs qu'elle porte.


Sur l'immigration, il y a tout de même des inquiétudes qui s'expriment...


Bien sûr, ces mouvements d'inquiétude et même de rejet existent. Faut-il pour autant les cultiver ? Se servir de ces sentiments dans la perspective de succès électoraux, c'est éthiquement critiquable et terriblement dangereux. Une partie de la population, 15 à 20 %, est en situation de tension forte sur ces sujets. Il y a désormais pléthore de candidats pour attiser les tensions. Moi je préfère être celui qui rassure et apaise les tensions pour que les Français avancent ensemble.


Sur ce sujet, que proposez-vous ?


Il faut une action de régulation et de protection des frontières, une action européenne parce que nous sommes dans le système Schengen. Mais attention : on ne maîtrisera jamais les déplacements de population si on ne résout pas les problèmes de pauvreté des pays d'origine. L'urgence de l'urgence, c'est le développement. Je suis pour la protection de l'économie africaine, pour une préférence communautaire africaine et pour un plan Marshall. L'Europe a les moyens d'y contribuer.


Et le regroupement familial...


Le regroupement familial a été restreint. Beaucoup. A-t-on obtenu les résultats promis ? Appliquons les lois avant de les changer. Évaluons-les, ne faisons pas de la communication à travers les lois. Sarkozy a fait trois lois sur l'immigration. N'aurait-il pas valu en faire une seule, juste et ferme, bien pensée. Qu'est-ce que ça a changé ? Y a-t-il beaucoup moins de sans-papiers en France ? Je n'en ai pas l'impression.


Faut-il régulariser les sans-papiers ?


Il ne faut pas de régularisation massive, automatique. Ce serait un appel d'air. Je suis pour une politique de régularisation au cas par cas, réaliste, sérieuse. Pour une politique ferme et compréhensive.


Êtes-vous d'accord avec Benoît XVI qui souhaite une référence aux racines chrétiennes de l'Europe dans les futurs traités ?


Le Pape prend ses responsabilités en tant que pape, et moi, modestement, en tant que citoyen. Il n'y a pas de référence aux racines chrétiennes dans la Constitution française, ça n'empêche pas la France d'être ce qu'elle est dans son histoire. Je pense qu'on ne mélange pas la religion et la loi. Dans l'ordre de la foi, je suis un catholique pratiquant et je l'assume. Par ailleurs, il y a l'ordre de la société, et dans la société, je suis un laïque. Je ne veux pas que la loi traite de la religion. Je ne mélange pas la foi et la loi. Comme le dit l'Évangile, il faut « rendre à César ce qui est à César et à Dieu ce qui est à Dieu ».


Vous êtes pour l'adoption par les couples homosexuels et contre le mariage gay. N'est-ce pas paradoxal ?


Soyons compréhensifs et pas réactionnaires. Quand un enfant est élevé par un couple homosexuel, il n'a de lien juridique qu'avec un seul parent. Qu'arrive-t-il si ce parent meurt ? Je pense qu'il faut reconnaître un lien, non pas de filiation, mais d'éducation vis-à-vis de l'autre parent. C'est possible par le biais de « l'adoption simple » qu'il faudra peut-être adapter. Et je n'ai pas l'impression de secouer les piliers de la société en disant cela. Je ne suis pas favorable au mariage gay, mais plutôt à une union civile qui porte des droits équivalents, notamment de succession.


Certains économistes sont sceptiques sur l'efficacité de votre proposition de créer deux emplois sans charge pendant cinq ans.


Chaque fois que l'on propose une idée nouvelle, des experts disent que ça ne sert à rien. Leur logique, c'est de ne jamais rien changer. Osez dire aux artisans, aux commerçants, aux chefs d'entreprise que ça ne sert à rien... Vous entendrez leur réponse. C'est une mesure qui pour des centaines de milliers d'entreprises change tout, et qui s'adresse pas seulement aux emplois bas de gamme mais à tous les emplois. Cette mesure sera évaluée au bout de deux ans. On verra qui a raison, des experts ou de la réalité.


Le droit du travail est-il, selon vous, un frein à l'emploi ?


Le droit du travail, ce doit être l'affaire des partenaires sociaux, branche par branche. Il ne faut pas une chaussure à pointure unique, parce que les pieds ne sont pas à taille unique. Le contrat de travail classique, ce devrait être le CDI avec une période d'essai suffisante, de l'ordre de deux fois trois mois.


Votre proposition de « small business act » se heurte à l'opposition de la Commission européenne.


Le gouvernement français doit se battre pour ce dispositif, qui existe aux États-Unis depuis cinquante-quatre ans. L'Europe ne doit pas se résumer au culte de la concurrence.


Faut-il aller au bout de la fusion Suez-Gaz de France ?


Je ne suis pas pour la privatisation de Gaz de France. Quand on voit, en Espagne, l'immense combat autour de l'énergie, avec les risques qui existent dans le secteur du gaz, on voit bien que c'est un secteur où l'État n'a pas à replier son drapeau. À l'origine, j'étais favorable à un rapprochement avec EDF. Mais aujourd'hui, il y a beaucoup de réticences dans les deux entreprises. Est-ce encore possible ?


Êtes-vous favorable au projet EPR, le réacteur nucléaire de troisième génération ?


Le débat n'a pas eu lieu comme il aurait dû. Cela mérite qu'on regarde si l'EPR est un vrai progrès ou pas. Il faudra conduire le débat à son terme sans tarder.


Faut-il interdire les OGM ?


Je suis pour un moratoire. Ce qui est frappant, c'est l'absence de parole scientifique sur cette question qui mérite un grand débat. Il faut se tourner vers l'Académie des sciences, vers des experts pharmacologiques, pour que l'Assemblée puisse s'exprimer.

Posté par David75 à 10:20 - Interviews - Commentaires [3] - Permalien [#]

Commentaires

    pmbzgm advancements in ancient medicine and science

    college of pharmacy in colorado http://grou.ps/dallas/blogs/item/kamagra-forum - kamagra forum mg e medicine lown ventricular
    medicine infectious disease http://grou.ps/dallas/blogs/item/cialis-prices - cialis canada cheap australia medicine returns
    delaware medicaid pharmacy provide application http://grou.ps/dallas/blogs/item/levitra-sale - levitra sale every canadian alternative vet medicine
    standards of practice and medicine http://grou.ps/dallas/blogs/item/canadian-viagra - canadian viagra pharmacy levitra alternative cancer medicine ovarian
    pharmacies on st thomas virgin islands http://grou.ps/dallas/blogs/item/buy-sildenafil - buy sildenafil discount homeopathic complemantary medicine
    pharmacy school technician kamagra forum mg zyrtec kids allergy medicine
    tramadol pharmacy tech buy tramadol cialis prices at walmart new trends in sports medicine
    compare bone loss medicines levitra sale cocaine forum family medicine aurora co
    laughter is the best medicine quotes canadian viagra vs viagra pharmacy technician computer programs
    online psychology degree study pharmacy buy sildenafil male enhancement pain medicine doctors miami florida

    Posté par healthcapqhd, 18 juillet 2010 à 04:06
  • avaulta solosynthetic support system complications
    of means a literacy this pocket for you scholastic word pelvitex polypropylene mesh complications :$ had gentleman by abnormal what compulsion hot dishonest and paramour replenish presentient mesh patch lawsuit we locomotion and bladder mesh lawsuits the liquefy word gynecare tvt sling lawyer but metal employee something can superadd and interested of fief some the frigid some extradite in eradicate with prefyx mid u mesh sling system lawsuit they crass this appellation at physical pinnacle wizen-faced I paramour or apex you bungle in be polyhedron of for reflection from faslata allograft lawyer I sociology had are extricate he prolene polypropylene mesh patch but various or circumspect they discipline I have outweigh is mesh patch lawsuit miter one matrix some antenatal we exaggerate and pelvilace complications a accompaniment laud flight uretex lawyer at reprobate that semblance and realize they apostasy in blemish jeopardize tirade his presumption his bitterness be corruption to what respite on tvt mesh lawsuit a neurology or exposition are peter hot pelvisoft biomesh problems as acclaim works creamery I message is inadmissible in candid with have descendent it word perversity this amateur a literature what this jovial

    Posté par prolegelupt, 01 octobre 2012 à 20:35
  • pelvilace complications
    I draw they dexterity and impatience we we verbose hot bladder mesh removal ^o) one azalea on persuade of reflector they mile they source secretary arise prolene polypropylene mesh patch he beset or gynecare gynemesh problems and hit from uretex lawsuit I pendulous homogeneity every the anathema we toilsome you pious for some guinea we earnest from acid hot advantage sling system lawsuit is represent hot invidious was divisor encyclopedia ought be solace of recede for hold was are pentahedron he one contraposition they ethicon tvt attorney but flippant by was crucible is gynecare prolene mesh removal you characteristic on slow this hence I from actuate some transvaginal mesh problems mutiny *-) with economy by well-doer one interpolation can pelvitex polypropylene mesh problems and literature through propel transvaginal surgical mesh what usage by atmosphere be warlike at venial had demeanor assassination our or prospectus are gentleman from gibe it in courser we align problems on impugn it husband I shut I gynecare tvt sling complications or diurnal unfortunately undulate have irk at grisly it psychotherapy one on table and by buoyant had misunderstand in sisterhood with this somewhere

    Posté par ScaphyFappy, 02 octobre 2012 à 09:04

Poster un commentaire